×
×

Rhône-Alpes

L’antenne Rhône-Alpes explore ses pentes et sentier depuis 2012 et le terrain de jeu est vaste, varié.

Nous programmons des randos VTT, route ou cyclo le dimanche, le week-end et même des semaines et en saison hivernale, nous savons aussi glisser sur la neige.

Des « apéros sans vélo » nous permettent de nous retrouver, de vous rencontrer et de parler des prochaines sorties et de plein d’autres choses.

N’hésitez pas à vous inscrire pour une sortie et partager le plaisir d’une sortie au grand air en toute convivialité.

Monts du Lyonnais, Beaujolais, Pilat, Forez, Pays Viennois, Chartreuse, Vercors, Belledonne ...

Des week-end et séjours nationaux sont régulièrement organisés dans notre région.

×

 

dernières sorties Rhône-Alpes

Ça pousse et ça passe
  • by
  • 01 sep 2021

Dans les Monts d'Or, on n'y va pas souvent. Des 1 pignon, il n'y en a pas tant que ça, alors go, direction le nord-ouest de Lyon pour cette rando guidée par Cyril.
Pour commencer, les grenoblois Lolo et Ricou se sont fait désirer. Didier (qui ne s'est pas perdu) et Bruno, qui n'avait rien oublié, attendaient patiemment pendant que Line grelottait et finissait sa nuit dans le coffre de son Espace, recouverte des draps habituellement réservés à son vélo. De mon côté, j'ai fait comme si je n'avais pas froid, c'est encore l'été après tout, avant d'accepter sans regrets une veste bien chaude prêtée par Bruno.
Après plusieurs kilomètres très roulants, nous entrons dans le vif du sujet. Une belle grosse côte pierreuse qui nous fera presque tous pousser le vélo. Un mont, quel qu'il soit, mais encore plus lorsqu'il est doré, ça se mérite ! A ce stade, qu'on se le dise, plus personne n'a froid.
Nous tentons une percée dans la forêt dense en mode trial mais visiblement, quand il y a plus de 4 rondins par terre, plus personne n'est chaud. Nous retrouvons ensuite des petits sentiers très agréables en montée.
Par pur esprit de contradiction et parce que l'herbe y était plus verte, nous pique-niquons en zone interdite, juste derrière la barrière. Puis c'est autour de "qui a la plus longue". Tout le monde se passe le fameux outil de Line pour mesurer l'usure de chaîne et nous repartons vers un magnifique point de vue dont j'ai oublié le nom avant de redescendre par d'autres sympathiques sentiers.
Pour clôturer cette rando, nous cherchons désespérément un troquet ouvert à St Germain au Mont d'Or mais c'est malheureusement le gosier sec que nous finirons par rentrer. Merci à Cyril pour cette jolie rando.

Nb participants: 
7 participants
Monts d'Or
×

Lavandières en cuissard
  • by
  • 16 juil 2021

"La Provence dissimule ses mystères derrière ses évidences" dixit Giono sur les terres duquel nous avons sillonné.

L'évidence c'est des cyclistes épanoui.es dans un décors de rêve avec une météo superbe, des invités surprise, un gite agréable et une hôtesse dynamique et fort bonne cuisinière.
C'est aussi des parcours variés entre le plateau d'Albion, la réserve naturelle géologique du Luberon, des forêts, des gorges, des champs de lavandes en fleurs.
C'est encore des villages perchés (très haut), des baignades (textile), des glaces délicieuses, des pauses café et des bières à l'arrivée.

Les mystères c'est la réparation de deux VTT (je rappelle que l'on est en séjour route) sous le regard lointain de 3 mécano, des Gravel qui ne roulent que sur du bitume, un Ventoux qui (heureusement) sera remis à plus tard mais remplacé en off par 3 vaillantes par le sommet de la Lure à1826m, de la lavande sauvage qui n'en est pas, des crèmes solaires périmées qui marchent mieux que les bonnes, les jeux de mots de Line ;) mais surtout cette alchimie magique qui fait d'un séjour Dérailleur un moment à chaque fois merveilleux et inoubliable.

Merci à Axelle pour cette belle découverte des Alpes de Haute Provence et aux participantes venues de loin parfois et aux invité.es du dimanche et enfin à Christine notre hôtesse

Nb participants: 
7 participants
Les lavandes de Provence
×

Un doigt mais mouillé
  • by
  • 12 juil 2021

La veille c’était avec un doigt. Enfin ça c’est Axelle qui le dit (voir Axelle met 1 doigt au J1 du WET3 http://www.derailleurs.org/content/juste-un-doigt). Pourtant le soir elle n’y était pas allée du bout des doigts pour remplir son verre. Ni personne d’ailleurs. Un WET forcément c’est arrosé. Le lendemain on était donc à deux doigts de déclarer forfait, en dépit de force alka-seltzer, tisanes dégrisantes et autres remèdes. (3 textos à Sophie, deux coups de fil, 5 coups de sonnette… et qui l’eût cru, arrive enfin le : « Ca va, ça va… j’arrive ! »)

Pour ce J2 du WET3, c’était pilotage. On avait deux visiteurs, Yvonick et Thibault,  un peu straights, mais comme nobody is perfect, on a fait attention à ne pas dire trop de bêtises. Photo de famille sur le green du parc. On suggère à Jean-Marc que son green serait aussi idéal pour les exercices de freinage et de dérapage. Curieusement, l’idée ne fait pas mouche.

On part avec seulement quelques minutes de retard le temps que Ricou retrouve casque, gants, et lunettes. Cette fois-ci il avait son vélo. Gaiment le groupe roule à travers champs et chemins et monte au sommet de la colline de Comboire. Hasko batifole. Hasko c’est le chien de Jean-Marc. Et Hasko va être papa. Vous vous en foutez, mais c’est quand même une information de la plus haute importance. Pendant tout le printemps Jean-Marc, Lolo et Ricou ont martyrisé ce pauvre animal, le clôturant de fils électriques et de barbelés, de laisses, de portes verrouillées, mais voilà rien ne retient le toutou trop épris de sa dalmatienne Cruella…  Euh mon petit doigt me dit que si je continue de digresser ainsi, je vais me faire recadrer avant même la prochaine réunion d’antenne. Mais ce que dit ou fait mon petit doigt...

Arrivés sur le plat, Marti suggère un exercice assez ... enfin... on ne m'y reprendra pas. Il faut régler son dérailleur sur le plus gros pignon et tenter, sur terrain plat, de rattraper Bernie qui est deux cent mètres plus loin. Evidemment, on tombe tous dans le panneau et on se prête au jeu. Evidemment on ne rattrape pas Bernie (sauf Jeannie, mais ça aussi c’était évident). Evidemment on est essoufflés et haletants. Evidemment c’était le but de la manœuvre. Et Marti est fier de son coup.

On arrive sur le terrain d’entrainement. Nous sommes quelques-uns à le connaitre, parce qu’on a servi d’élèves-test pour la préparation cette session de pilotage. On ne le dit pas trop fort, parce qu’à part Sandrine et Jeannie, ça ne se voit pas du tout qu’on a déjà essayé de faire les exos. D’ailleurs, personne ne s’y trompe : Jérôme et Nico sont immédiatement affectés au groupe des faibles. Ca rigole pas dans l’antenne. Nos deux nouveaux, eux, ont déjà fait leurs preuves et hop, avec les forts. Tout comme ROxane pour qui la question ne se pose même pas.

Line s’occupe du groupe des faibles. Marti et Lolo des forts. Là je voudrais m’abstenir de faire un commentaire, mais quand même. Si j’étais une dérailleuse un tant soit peu militante je demanderais pourquoi c’est toujours les nanas qui se coltinent les petites sections et les mecs qui ont les grands, hein ? Bon ça va… finalement on va échanger les groupes. Donc on a bien fait de s’abstenir de faire le commentaire.

Atelier Line. Equilibre sur le vélo. Prise de conscience des appuis. (Qui sait combien on a d’appuis sur un vélo ? Le premier qui répond « ça dépend combien de doigts on met », s’en prend une). Lâcher des appuis. Déplacement latéral sur le vélo. Pédaler-freiner. Course de lenteur.
Atelier Lolo-Marti. Freinage. Avant. Arrière. Les deux. Au plus court. Ou comme on peut. Et on appuie sur l’avant du vélo, non mais !

A la mi-temps, échange des groupes. Il pleut des cordes – on vous avait dit WET. Pour couronner le tout, les forts ont labouré le terrain. A croire qu’un tracteur est passé par là. Ricou constate que j’y mets deux doigts (à mon âge, on peut, non ? Eh bien non !).

A la deuxième mi-temps ce ne sont plus des cordes, ce sont des trombes. Jérôme se demande pourquoi il est remonté de ses Calanques. Nos transfuges de la vallée de Chevreuse trouvent cela tout naturel, ils sont dans leur élément. Trempés jusqu’aux os, on s’abrite enfin dans un des tunnels du fort, creusé dans la roche. Et on attend la fin du déluge.

Le conseil pédagogique de nos trois instructeurs rejoins par Ricou décide de s’attaquer à la deuxième série d’ateliers en forêt.
Il y a un atelier spécial Sophie-Axelle par Line-Lolo. Nous n’avons que peu d’informations sur cet atelier. Mais les élèves reviennent ravies.
Deux groupes alternent. Pour les uns ce sont les exercices préparatoires au bunny-hop avec Marti. Génial. Même si on n’arrive pas à passer l’obstacle à 3mm du sol, on découvre des sensations nouvelles sur son vélo. Pour les autres c’est le saut avec Ricou. Là aussi on exulte. Enfin je dis ça, je n’ai pas dépassé le stade petit saut, mais j’ai vraiment pris mon pied pendant le quart de seconde dans les airs, et peu importe l’emplafonnage dans le tas de bois à l’atterrissage. Toutes les filles, évidemment, sont allées sur le grand saut. Nos deux visiteurs Grésivaudains également.

Au deuxième déluge, il y a unanimité pour rentrer. Jean-Marc comme d’habitude nous accueille et après s’être un séchés on casse la croute.
Le debriefing dévie sur une réflexion identitaire. Il faudra reprendre la discussion. Mais surtout il faudra reprendre les sessions de pilotage, parce qu’on a tous progressé (si, si, même les plus… disons… les moins… habiles)

P.S. Line m’a tout démonté et remonté mon vélo, et maintenant je ne peux plus mettre qu’un seul doigt sur le frein (snif !)

Nb participants: 
13 participants
Zigzag dans les sentiers !
×

Juste un doigt !
  • by
  • 06 juil 2021

Juste un doigt !

Lolo m'avait dit "cette rando est faite pour toi, tu verras". Alors, moi, naïve, j'y suis allée la fleur au guidon, pour faire connaissance avec mon premier vtt, et voir enfin à quoi ça ressemble, une sortie vtt.
Note à moi-même : Lolo et moi avons une vision assez différente de la difficulté. À l'avenir, se méfier.

Samedi matin, le Mazet est en effervescence : de pétillantes dérailleuses (8) et de bouillants dérailleurs (5) sont presque prêts, pour un départ presque à l'heure.
Le ton est donné dès le portail passé, ça grimpe. Et déjà j'entends murmurer "molo, ça va durer un moment". Et puis très vite "ne mouline pas comme ça, tu vas te griller", puis " tu devrais mouliner moins" ou encore "réduis ta cadence de pédalage".
Note à moi-même n°2 : La route et le vtt, ça ne marche pas pareil.

Après avoir maté de jolis fessiers pendant une bonne dizaine de kilomètres (il faut bien qu'il y ait un avantage à être derrière), 3 pucelles se dressent fièrement devant nous, mais, pas si timides, nous laissent entrevoir des gros nuages noirs.
Ne nous attardons pas, direction Saint Nizier.
Les pique-niques sont avalés rapidement, la sieste syndicale n'est même pas réclamée. Ça a bien changé, les Dérailleurs...
Un agriculteur et ses amis de la préfecture nous souhaitent bonne route, ou plutôt bon vent, et la troupe repart avant que les nuages ne nous attrapent.
Note n°3 : Tout ce que tu as monté, tu le redescendras. Gloups, ça fait peur les descentes.

Pour la deuxième partie de la rando, les popotins sont bien loin. Moi je promène mon vélo à pied, on discute tous les deux, on apprend à se connaître, c'est important ces moments là...
Lorsque je parviens à rester sur le vélo, la petite voix a changé et j'entends régulièrement : "lèche, lèche les freins" puis "juste un doigt, tu verras, c'est mieux". Bon, si vous le dites... Au début je n'y crois pas, juste un doigt, je ne trouve pas ça terrible, mais si filles et garçons s'accordent sur ce principe, je vais devoir leur faire confiance.
L'atmosphère devient humide, on prend tout de même quelques gouttes. Puis, mouillé.e.s pour mouillé.e.s, c'est dans la piscine de Jean-Marc qu'on aura l'occasion de se rincer l'œil, et à peu près tout le reste.
Note encore : Les dérailleurs et dérailleuses n'aiment pas beaucoup les maillots de bain.

D'autres garçons et filles nous rejoignent et l'apéro est déclaré ouvert. Enfin, je vois autre choses que les fesses des participant.e.s !
On boit, on mange, on danse, on papote, et la soirée passe en un éclair. Les filles filent au dortoir (ou dans leur coffre de voiture), et les garçons dans leurs chambres. Je m'endormirai, paisible, des images de cailloux, de racines et de fessiers plein la tête.
Un merci particulier à Line et Ricou qui se sont relayés en queue pour me tenir compagnie et me donner des conseils et à Jean-Marc chez qui on était si bien.
Une dernière note pour la fin : un 10/10 pour l'ambiance de cette première journée de W.e.t. On remet ça quand ?
Axelle.

Nb participants: 
13 participants
WET #4 à Grenoble
×

L'histoire du Signal à 4 mains
  • by
  • 28 juin 2021

Didier avait prévenu : la montée au Signal Saint-André ça monte !!!
Objectif pique-nique là-haut.
Par crainte de chaleur ou peut-être de vététistes trainant.e.s trop sur les chemins on part à 08h30 à la fraiche.
Arrivée 08h27 au lieu de rendez-vous et ….miracle tous les inscrit.e.s sont là à l’heure !!
Bon juste un vélo en kit à monter et un réglage de sac et nous partons à l’heure dite.
Didier prend les choses en main et indique : c’est par là !!
Regards ahuris de tous.tes les participants mais euh le Signal c’est pas dans le sens opposé ?? !!
Si si c’est l’échauffement….
On commence par la cote de Montagny avec une petite pente à 20 % sur un petit tronçon …ok bon, première cote, on monte, ça passe, on pousse un peu et au fil des kilomètres, je comprends que ma définition d’une cote diffère quelque peu de celle de Didier ; si bien que très -trop- rapidement me voilà lanterne rouge du groupetto, il faut bien que quelqu’un.e se dévoue c’est chose faite …
35 km de montée/descente plus tard nous voilà au sommet, avec comme promis la pause pique-nique et sieste.
Sur le retour, bien entamée par l’ascension et un coup de chaleur, je rentre en compagnie de Catherine par les petites routes entre-coupées de petites montées.
Didier, Marti, Line et Daniel poursuivent la descente par les chemins et là je laisse la plume à ma chérie pour la suite.
Une très bonne journée de vélo où j’ai envié les vélos électriques et bien constaté que les Monts du Lyonnais c’est pas plat du tout !!! Normal nous montions au Signal !!

Changement de narratrice.
On emprunte le tracé du tour des Monts du Lyonnais : des descentes joueuses, on prend de la vitesse, le tracé est toujours très abordable techniquement, ça roule.
Mais attention ! Didier a prévenu. La descente du Signal comporte au moins 200m d+, avec 2 gros coups de cul. Et le soleil tape. Et le vent souffle. Et la batterie se vide.
Au ¾ de la descente, bing, Didier nous fait le coup de la presque-panne : « Ma dernière barrette est toute petite (sic), vous n’avez qu’à suivre le balisage du tour des Monts du Lyonnais, ça fait des petites montées et descentes, on se retrouve de l’autre côté de Mornant ». Marti fait un rapide calcul, environ 10km de montées-descentes, compter 1h. Commentaire immédiat de Didier : « vous n’allez pas mettre 1h pour passer un faux plat descendant !! ». Il manquerait plus qu’on se fasse engueuler !
C’est parti pour ~10 bornes de vent de face, de fucking-coup-de-cul, de comparaison de carto GPS, de chouettes descentes et de singles entre les hautes herbes (et les ronces aussi). Un peu plus tard, on retrouve Didier, avec sa toute-petite-barrette, en train de faire la sieste à l’ombre, peinard. Retour par Montagny, descente par la combe (un régal !) et il est temps de se dire aurevoir et de passer au bureau de vote avant l'orage. Fatiguée, mais heureuse. MERCI DIDIER :-).
On remet ça à l’automne ?

1ère narratrice : Jeannie
2nde narratrice : Line

Nb participants: 
6 participants
Montée au Signal Saint-André
×

L'improvisation, c'est maintenant
  • by
  • 28 juin 2021

Des fois, il n’y a plus grand-chose à voir entre l’idée de départ et la réalisation.
Pour ce samedi après-midi, mon idée secrète était de faire découvrir aux non-lyonnais.es le 3 pignons par chez moi, et aussi qu’on enchaine 2 jours de VTT un peu costauds pour préparer les semaines d’itinérance de cet été. Bilan des inscriptions : ma chère-et-tendre et moi. La réalisation, dont nous sommes fières : 60km de route dans les Monts, à l’heure du déjeuner, sans voiture et avec du soleil et une brise pour nous rafraichir. Un moment de plaisir partagé (sauf quand Jeannie m’a déposée sur du plat, j’ai quand même un peu fait la gueule). Et demain (je ne le sais pas encore mais je m’en doute parce que je connais un peu le guide et je connais pas mal le parcours, et puis en réalité je le sais parce que j’écris le compte-rendu lundi, c’est-à-dire après-demain… vous me suivez ?), on enchaine par une sortie vtt 2 pignons.
Alors l’idée d’enchainer 2 sorties pour se préparer à cet été tient malgré la route… à défaut de tenir le chemin.

Nb participants: 
2 participants
Ca va chauffer des jambes et des plaquettes
×

les Dérailleurs en Rhône-Alpes


contact & info

antenne
Line, Lolo et l'équipe
Région Rhône Alpes
contact
Jean-Marc et Sophie
Grenoble
contact
Claire
Sallanches
contact
Marti
Lyon
contact
Valérie
Saint Etienne
un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo LGBT (lesbien, gay, bi, trans) et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Paris Ile de France, dans l'Ouest (Nantes, Paimpol, Bordeaux), à Toulouse, et en Rhône - Alpes(Lyon, Grenoble).