×
×

« Petits monotraces très sympas, assez techniques, à profil descendant… »

raconté par Il y a 3 années 5 mois 3 semaines
une sortie Dérailleurs organisée par fabricenimes avec 10 participants week-end niveau 2 137 km 3 280 D+ à

Buoux


« Petits monotraces très sympas, assez techniques, à profil descendant… »

0 comments
Nb participants: 
10 participants
km: 
137 km
Dplus: 
3 280 D+

La mission des guides Fabrice et Jean, le week-end de l’Ascension dans le Lubéron, était de ne pas perdre plus d’un Dérailleur par jour.
Nous étions 10 chaque matin à la table de petit-déjeuner du gîte la Sparagoule à Buoux, autant le soir, et entre deux à cause de pattes de dérailleur explosées, et un nombre record de crevaisons - Jean-Marc, à lui seul, a sauvé au moins huit chambres à air - nous étions souvent neuf.
Ce n’est pas faute d’organisation, chacun des quatre itinéraires était reconnu au millimètre, mais cette montagne magique se mérite parce que tous les « petits monotraces très sympa, assez techniques, à profil descendant » vantés par Fabrice ressemblaient à une voie romaine pavée, après tremblement de terre: caillasse, rochers en guise de marches demandaient autant de maitrise technique que de sang-froid et surtout, expérience faite, de regarder loin devant soi en prenant de la vitesse, et laisser le VTT se faufiler d’une épingle à l’autre. Quel amusement!
A la fin de chaque descente dans les forêts du massif, chacun manifestait son plaisir à avoir su négocier cailloux, troncs d’arbre et virages serrés à toute allure; la plus heureuse semble avoir été Roxane, seule fille du troupeau mais avec quel enthousiasme!
Roxane est par ailleurs celle qui a le moins crevé avec le bel Eric, peut-être est-ce le résultat de sa joie de pédaler…

Le menu était copieux avec trois longs et spectaculaires itinéraires, la forêt de cèdres le premier jour, puis le tour de cinq villages aux alentours de Bonnieux et la grimpée sèche du sommet du Lubéron, le Mourre Nègre à 1125 m. d’où l’on peut voir l’étang de Berre. Cette montée sur une piste forestière large et caillouteuse à souhait, d’une régularité parfaite, est un régal quand on aime grimper calé à son rythme, et elle fit la joie de Dewi ainsi que la mienne, mais Loïc trouva qu’elle manquait totalement d’intérêt: les mauvaises langues disent que c’est parce qu’il n’était pas le premier au sommet. 
Dans le Lubéron avec Fabrice et Jean on grimpe souvent, malgré l’objectivité toute relative du premier en ce qui concerne la dernière montée mais il est vrai qu’il est de Montpellier, et donc pas à un mensonge près: tous les jours, une dernière montée pouvait en cacher une autre mais la beauté des paysages traversés, les récompenses qu’étaient chaque monotrace et l’énergie de Fabrice rachètent largement son vice méridional.
En revanche les petits cafés avalés sur des terrasses charmantes ont été acquis de haute lutte, preuve qu’on peut être méridional, menteur et
stakhanoviste à la fois!
Au détour des falaises, des villages tous plus
photogéniques les uns que les autres et des propriétés avec piscine dont Fabrice, toujours le même, aimerait épouser le propriétaire, il y a à cette période de l’année les cerises… Et quelles cerises, rouges, écarlates ou noires, en grappes obscènes de santé que les Dérailleurs, malgré leur probité légendaire, ont goûtées sans recevoir une seule volée de mitraille dans les fesses. Il y a aussi d’autres vététistes, dont un autochtone de Bonnieux vêtu du rose de la (très) jeune cerise, comme un appel à admirer la puissance de ses cuisses par ailleurs impeccablement rasées…
A l’exception de Pascal, pour cause de manque flagrant de pilosité, tous les autres membres du groupe ont instantanément perdu la notion du temps et de l’effort et c’est bien là que
Fabrice et Jean ont risqué rater leur mission: ne perdre qu’un Dérailleur par jour.

En définitive c’est un peu toujours la même chose: en combinant un lieu magnifique à des randonnées parfaitement préparées, à un groupe de cyclistes qui ne demande qu’à dépenser de l’énergie et à une table délicieuse autant que copieuse, comme c’est difficile de retourner dans la réalité quotidienne…


annonce initiale

séjour vtt dans le parc du Lubéron

Ca sera beau et chaud !
Il y a 3 années 5 mois 3 semaines
Buoux
week-endvttniveau 2

Séjour vtt dans le parc régional du Lubéron dans le gite la SPARAGOULE pour 13 personnes en pension compléte sur la base de 47 euros par jour par personne prévoir en plus repas du mercredi soir et dimanche midi , randonnées en étoile , beauté paysagère, patrimoine naturel et culturels sont au rendez vous...

lieu du rendez-vous sur place: 
84480 Buoux 43° 49' 53.7996" N, 5° 22' 39.3348" E


trace gps


album photo

album photo associé: 


un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo lesbien, gay, bi, trans et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Nantes, à Bordeaux, à Toulouse, à Lyon (Rhône - Alpes) et à Paris / en Ile de France.