×
×
LE GÉRÉVÉ8 C'EST DU 15 AU 18 SEPTEMBRE 2022
un club lgbt Bienvenue chez les Dérailleurs

 club vtt et vélo route gay, lesbien et friendly

nos prochaines sorties

nos dernières sorties

ColDeLeschaux1

Quand ça veut pas, ça veut pas !
  • by
  • 27 juin 2022

Quand ça veut pas, ça veut pas !
Dès le réveil, ça n'était pas franchement engageant : Il pleuvait et on avait mal aux cuisses suite à la rando à pieds sauvage de la veille. Et oui, quitte à se déplacer en haute Savoie, on a fait un super combo rando-vélo en trio (Sophie, Sandrine et moi).
Une fois le petit dej avalé, le soleil refait son apparition. Plus d'excuses, allons nous détendre les jambes sur les vélos, direction le col de Leschaux.
1 km après le départ, nous sommes stoppées net dans notre élan : c'est le triathlon d'Annecy aujourd'hui, et ça, on ne l'avait pas anticipé...
Une bonne demi-heure plus tard, la voie est libre, on repart et d'un tour de manivelle bien décidé, on entame la montée. On ne tardera pas à croiser les premiers triathlètes qui descendent du col. L'un d'eux fait même un beau soleil devant nous (on vous a bien dit que finalement, il faisait beau). On s'arrête et on prend soin de ce miraculé un peu sonné. On restera à ses côtés une bonne heure jusqu'à ce qu'il soit pris en charge par un médecin et qu'il ait réussi à joindre sa famille. 
Il est plus de 11h quand nous reprenons la route sous un soleil écrasant, après ce deuxième faux départ, on est un peu moins motivées. La montée est douce, on profite d'une magnifique vue sur le lac d'Annecy et les montagnes des environs. Puis le ciel se couvre (la bonne excuse) et les jambes tirent, on écourte un peu le programme. Pour finir, Sophie crève sous le panneau "Annecy" (décidément, quand ça veut pas, ça veut pas !). Mais on ne va tout de même pas se laisser abattre ! La Dérailleuse sait se faire du bien et comme il paraît que la glace est aussi bonne que la bière pour la récup', on finit la journée en s'offrant quelques boules. 

Nb participants: 
3 participants
Col de Leschaux, va faire chaud
×

Quinzaine des fiertés Grenoble à la montagne du Conest
  • by
  • 11 juin 2022

L'art et la manière de s'adapter...
Prévue en 1 pignon (850 D+/16 km) et sensiblement présentée comme une bonne sortie de récupération après les reco du GéRéVé, Alex saura très vite adapter le parcours aux participants.
RDV atteint sans encombre dans les temps, nous aurons loisir à préparer nos montures tranquillement et à chevaucher paisiblement au départ de Notre Dame de Vaulx. Le coin est boisé, avec juste ce qu'il faut comme dénivelés et comme singles, de quoi se régaler. On attaque la montée sur le Conest, le cailloux ne semble pas menaçant, mais il mesure tout de même un poils plus de 1700m. Les moutons et les patoux nous saluent au passage, on quitte très vite la route, pour atteindre le pistes puis la montée finale vers les alpages. C'est beau!
Arrivée en haut, quelques belles surprises: la première c'est qu'il y a du vent a te faire regretter de ne pas avoir switché le programme pour une journée voile. La seconde: l'équipe de Rando'S nous rejoins, nous trouvons un ravin pour nous réfugier pour déjeuner au soleil et à l'abris du mistral, la troisième: C'est que nos copains de chez Rando's chassent probablement moins le poids superflu que nous, en effet, ils sont (presque) tous montés avec un dessert maison à partager. Nous faisons pâle figure en bons mangeurs de graines face aux gâteaux en tous genre qui s'offrent à nous (chocolat, citron, avec ou sans sucre,... respect!). C'est limite une orgie cette sortie!
Nous restons suffisamment au soleil et au vent pour commencer à griller sans le ressentir puis levons le camp pour finir de monter et enfin redescendre. Alex aura mis dans sa trace quelques passages fantastiques, je me souviendrai longtemps de ces petites vagues de petits gravier calcaire à 1650 m d'Altitude, dessinées par la nature pour tester notre maitrise du bon dosage pour le freinage avant et ce terrible morceau de GR à la descente, qui une fois trouvé, te permet de bien t'éclater!

Bref, le soleil, le vent, les vagues, chichi, beignets, chouchoux... il ne restait plus qu'à finir la journée dans l'eau salée pour s'y croire pour de vrai!

Nb participants: 
3 participants
Quinzaine des fiertés Grenoble à la montagne du Conest
×

Un TIGRE sous le signe du Blaireau et du héron
  • by
  • 15 mai 2022

Nous revenons à la maison avec... 4 médailles : 2e place pour Gwen et Agnès et 3e pour Glad et Nolwenn ! parties ensemble, on s'est perdues de vue après 2 géocaches mais recroisées tout au long de la journée.
Excellente organisation par le groupe vélo de GLS, super parcours autour des étangs d'Apigné et surtout beaucoup d'amusement pour cette épreuve de recherche de géocaches, de caches fantômes, de balises, d'énigme et de fil rouge "images d'animaux ou tyroliennes" : on vous conseille vivement la prochaine édition, qui sera la "COV-ID3" (course d'orientation à vélo # 3).
Les acquis de l'expérience (et des généreux conseils des organisateurs qui ont légèrement eu pitié de nous par moments) :
- lire les consignes jusqu'au bout pour ne rater aucune des 4 manières de gagner des points (ne pas s'arrêter aux caches localisées et aux balises !)
- préparer dès le début l'ensemble du parcours
- faire à 2 la saisie des coordonnées (ou se dire que si on calcule qu'une balise est hors de la carte fournie, c'est qu'on s'est trompées ;-))
- prévoir une application pour calculer les azimuts (même si c'est rigolo aussi de les visualiser "au pif" à la boussole sur une carte)
- lever la tête !
... nous sommes donc prêtes pour découvrir un autre côté de Rennes l'an prochain, si possible avec d'autres Dérailleurs même - et surtout - non bretons !

Nb participants: 
4 participants
Le TIgre : course d'orientation à vélo
×
Alpages de jonquilles

Préparation du week-end des 10 ans de l'antenne Rhône-Alpes
  • by
  • 11 mai 2022

Nous nous sommes retrouvés pour un week-end à couper le souffle. J’ai préparé des traces avec quelques sentiers d’anthologie et des points de vue à tomber par terre. Que garderons nous de tout ça. C’est le but de ce week-end de reconnaissance. Nous sommes arrivés synchronisés à deux voiture pour démarrer cette première journée à partir du Bessat. Première partie, sur la liaison entre le Bessat et la Jasserie. Quelques grosses pierres sur la piste. Et arrivé dans les jonquilles. C’est magnifique. Un petit encas bucolique avec vue sur d’antiques remontées mécaniques. Puis nous reprenons en grimpant sur les crêtes par un sentier légèrement pierreux encore. Une fois sur le « crêt de Botte », le point de vue est chouette. Un gros cairn hante les lieux. A cette altitude l’alpage remplace les sapins. Mais ils ne sont pas loin. Les pentes herbeuses alternent avec de la bruyère rase.
Nous partons tout droit dans un petit single discret qui rentre rapidement dans les sapins en descendant. Il est taillé exprès avec des virages partout. Quand même quelques franchissements de pierres que nous avalerons bien vite. La descente se fait la plupart du temps sur un tapis d’aiguilles sous une grande forêt de sapins. La remonté au début un peu physique, s’est parfois calmé. Mais toujours pas mal de pierres. On enchaine des chemins assez larges pour arriver sur le GR 7. Une petite grêle s’est invité à la fête. Comme prévu nous enchainons avec la montée sur le crêt de la Perdrix et sa table d’orientation. Un petit monticule rocheux très technique pour ceux qui voudraient essayer. Le cadre est charmant avec une vue plongeante sur la Jasserie où nous retournons pour la deuxième fois de la journée.
Pour ce week-end il y a aussi deux vélos de route prévu. Nous nous croisons à ce moment. Il semble que la pluie a refroidi leurs ardeurs de randonnée pédestre.

L’heure de rentrer au Bessat a sonné. Nous rentrons, mais pas directement. Il reste du temps. Un nouveau passage sur le crêt de la Perdrix puis une redescente de l’autre côté par un autre accès et tester d’autres chemins possibles qui se révélerons assez remplis d’obstacles. On a testé les deux alternatives pour retourner au Bessat : le GR 7 ou contourner la colline par le sud. La deuxième alternative permet un point de vu assez intéressant. Pour finir, nous expérimenterons en contresens des petits singles, bien qu’un peu court, assez magnifiques.

Après s’être repoudré le museau comme il se doit, nous allons diner chez Copain comme cochon rejoint par le reste de la troupe Grenobloise et Annemassienne. L’occasion de remettre à notre hôte Bourdelois, un cadeau amplement mérité et très utile en portage. La carte est excellente. Je vous la conseille. Gratin d’andouillette pour ma part.

Le lendemain, après un petit déjeuné, qui du thé, café, ou lait au chocolat et tartine beurrée confiture, en fonction des gouts, nous démarrâmes par un grand tour dans la forêt du Bessat. Nous ne sommes pas loin du col de la république pour ceux qui connaissent. Quelques zones intéressantes. Mais le but était de rejoindre le single repéré la veille. Ce que nous fîmes. Nous avons ensuite enchainé par des repérages de chemin entre le Bessat et la Jasserie, pour continuer par le crêt de la Perdrix. Une pause casse-croûte dans un lieu charmant à proximité d’un chalet. C’est une sorte de clairière herbeuse avec quelques arbres de taille moyenne. Le soleil aidant, la sieste fut bonne.

Le but de l’après-midi est de faire en aller-retour l’ensemble des crêtes jusqu’à l’Oeillon. C’est vraiment joli et l’impression d’alpage est bien présente. Pas à la portée de toutes les roues rapport aux cailloux. Jonathan, l'annemassien, qui nous a rejoint et roulé avec nous pour la première fois, a pu montrer tout son talent dans ces sentiers pierreux. Il en a impressionné plus d'un. Pour terminer la journée, retour par tous les sentiers pris en sens inverse jusque-là le matin et la veille.

Bilan du weekend : une seule petite crevaison pour notre nouvelle recrue.
Voilà.

Nb participants: 
9 participants
VTT 2 pignons dans le Pilat avec Lolo
×

Une randonnée dans l'esprit "Voyage à Nantes"
  • by
  • 26 avr 2022

Ce dimanche les Dérailleurs « se tapaient l’incruste » dans la randonnée vélo des GRN (Gays Randonneurs Nantais). Pas vraiment une incruste d’ailleurs puisque plusieurs adhérent·e·s le sont dans les deux associations. Donc normal que lorsque les GRN enfourchent les vélos la symbiose des randonneur·euse·s à pied et à vélo se fasse naturellement.
Le rendez vous est fixé à Pirmil (Nantes sud) au début de la rive sud de l’estuaire. « Il pleut sur Nantes », et on attend les retardataires à l’abri. Une aubaine que cette attente d’un petit quart d’heure, car au moment de partir la pluie s’interrompt. Nous voila donc parti·e·s pour une belle découverte (ou redécouverte) des jolis villages du bord de Loire. Avec pour commencer le plus connu des nantai·se·s : « Trentemoult ». Nous profitons aussi des commentaires érudits des GRN sur ces villages et les différentes œuvres artistiques du « Parcours de l’estuaire » accumulées au fil des années sur les rives de la Loire.
La première partie de cette randonnée se termine avec la traversée d’un marais par la « Chaussée de Robert ». Passage sur un long ponton entre les platanes qui rejoint les coteaux de «La Montagne » (N’en déplaise à nos amis de l’antenne Rhône-Alpes aucune de leurs communes ne porte ce nom) au site de la Navale à « Indret ».
Un magnifique passage. Tellement joli que nous décidons d’y pique-niquer sur des tables installées à proximité du premier bac de Loire. Non seulement nous avons échappé aux averses mais nous pique niquons au soleil en regardant passer les bateaux sur la Loire.
Notre balade se poursuit ensuite jusqu’au canal de « La Martinière » pour une petite pause sur l’herbe à coté du « Bateau mou » autre œuvre du « Parcours de l’estuaire ». Puis ensuite, retour vers « Le Pèlerin » pour prendre l’autre bac de Loire et débarquer sur la rive Nord à Couëron.
Le retour sur Nantes sera encore l’occasion de pauses pour admirer les bords de Loire même si le ciel commence à être menaçant. Car plus nous nous approchons de Nantes plus le ciel s’assombri et plus le tonnerre est menaçant.
Arrivé·e·s à l’entrée de Nantes, devant la menace orageuse nous nous arrêtons dans une grande brasserie sur les quais de « Chantenay ». Bien nous en a pris puisqu’à peine entré·e·s dans la brasserie l’orage se déchaine. Nous attendons donc, au sec devant l’embarcadère du « Navibus » (transport en commun fluvial).
Une grosse demi-heure d’attente pour boire une bière ou une boisson chaude, manger quelques gâteaux et bavarder entre ami·e·s. Juste le temps nécessaire pour que la pluie diluvienne rince nos vélos souillés par quelques passages boueux.
L’averse orageuse terminée nous retrouvons nos vélos et nous nous séparons pour rejoindre soit nos voitures sur le lieu de départ, soit nos foyers pour les Nantai·se·s. Car cette averse ne sera pas la dernière. Et nous n’avons que peu de temps pour terminer la boucle en restant sec·sèche·s.
Quoiqu’il en soit nous rentrons tou·te·s avec plein de belles images en tête et le souvenir d’une belle randonnée avec les GRN. Un grand merci à eux pour cette sortie à vélo.
Gwenola

5 dérailleurs présents dont deux aussi adhérents en GRN :)

Nb participants: 
12 participants
Rando vélo avec les GRN
×
route2

Des cloches, des ronces et des lamas
  • by
  • 25 avr 2022

Jour 1

Route
Je vous annonce la couleur, ce compte-rendu est ma pénitence, pour ne pas avoir regardé suffisamment les paysages, selon la guide ...
Soit, puisque je ne pourrais pas parler des paysages, ni des lamas (pas vus), ni des serpents (pas vus non plus), alors c'est la guide qui va prendre !

Samedi matin 9h, branle-bas de combat pour l'équipe route ! "Dis Sophie, où on va?"
"Heu, attend mon ptit chat, je ne sais pas"

Le ton du weekend est donné côté route, ce weekend end sert de reco pour le prochain Gérévé, et qui dit reco, dit part d'improvisation. Nous nous lançons sur les routes de la Drôme, en super forme (à 38 km/h en côte, quand même!).
Quelques minutes plus tard, on fait un peu moins les fier.e.s, avec des rafales de vent à 45km/h en pleine face. Cette petite brise légère nous accompagnera tout au long de la journée.

Nous visitons Grignan, et le château d'Harry Potter . Puis, en un relai endiablé, rentrons retrouver nos amis vététistes.
Je ne me souviens pas des paysages, mais je me souviens très bien avoir regardé Freddo, non sans jalousie, engloutir cette part de tarte qui semblait si délicieuse.
7 routard.e.s, 90 km et 1400m D+

VTT
Les VTTistes entament la journée de samedi par… la route. La direction technique, Lolo, Marti, avait la montagne St Maurice au-dessus du camping GéRéVé dans le viseur. Alors on charge les vélos dans le camion de Sandrine et on se dirige au pied de cette montagne. En chemin, alors que la camion toussote dans la côte, on papote de notre impact carbone, bas, forcément bas.

Nous sommes six : Sandrine, Roxane, Marti, Alex, Lolo et Nico. Montée tranquille et agréable le long du chemin forestier. On se dit que ce GéRéVé il va vraiment être cool. Enfin, le temps de se le dire que le chemin forestier se termine et la suite se prolonge par un petit poussage, puis un plus gros poussage encore, puis par un énorme poussage. Enorme, car nous sommes tous à côté ou sous le vélo, mais surtout parce que nous ne savons pas utiliser le mode assistance piéton du VAE de Roxane. Et je vous assure pour l’avoir vécu que pousser un VAE là où on a déjà du mal avec un vélo ordinaire c’est une gageure. Arrivés en haut on se fait bien sûr chambrer par Marti qui explique qu’il faut d’abord appuyer sur le petit bouton là, puis attendre 2 secondes, puis repousser sur l’autre moyen bouton ici, et enfin repousser sur un autre bouton encore ailleurs. Je n’ai rien compris, mais Roxane elle a compris et c’est ça qui compte.

Elle valait son pesant de VAE cette montée. Au sommet vue à 360° de l’Ardèche d’un côté aux Alpes de l’autre. Un plateau incliné d’un côté surplombant une imposante falaise de l’autre. On roule littéralement sur une moquette, laquelle est parsemée d’anémones sauvages. Des centaines, des milliers d’anémones. Même vent au sommet que les routièr.e.s mais c’est la vue et la sensation sur le vélo qui décoiffent. Le même jouissance que celle du skieur dans la peuf.

Retour peinard vers Dieulefit par un petit monotrace qu’on avait déjà repéré lors d’une pré-pré-reco. Sauf que cette fois-ci on le fait dans le sens de la montée. Ben oui, Lolo n’était pas encore fatigué.

Arrêt au futur camping du GéRéVé où notre présidente, assistée de conseiller.e.s techniques, signalétiques et artistiques, visite les lieux avec le plus vif intérêt. Désolé pour cette phrase, qui sonne un peu « Mr Sadi Carnot, accompagné de Mr le Préfet de Loire inférieure, et de leurs épouses, a inauguré la foire au muguet avec le plus vif intérêt », mais il se fait tard. Alors on se contentera du « plus vif intérêt ».

Jour 2

Route
Matin du 2ème jour : "Dis, Sophie, on roule où aujourd'hui"? "Heu, attends mon ptit chat, je vais nous faire un circuit"
Ce dimanche matin est beaucoup moins venteux que la veille. Les nouvelles idées de la guide à chaque carrefour, rendent fous nos gps, et moi-même, mais je dois avouer que c'était beau, et que ça en valait la peine.

Je ne me souviens pas des paysages, mais je me souviens très bien de l'effet de la salade de chou sur mes intestins et des délicieux calissons offerts par Freddo (encore lui, il sait ce qui est bon).
8 routard.e.s, 74 km et 1400m D+

VTT
Nous partîmes six le premier jour et revinrent cinq le deuxième. Amour quand tu nous tiens… Sandrine avait choisi ce jour-là de rejoindre les routier.e.s, enfin plus précisément une routière.

Tel Magellan cherchant son passage, Lolo assisté d’Alex tente de trouver le moyen de faire passer un circuit GéRéVé au sommet de la montagne St Maurice, sans risquer l’émeute en fin de journée à la piscine. Ah, ça il y avait un passage. Pour vous la faire simple, seule Roxane a réussi à rester sur son VAE et non sans effort. Tous les autres trainaient la patte plus souvent à côté que sur la selle. Marti se remettait d’un vilain virus qui prend le nom de lettres grecques, mais cela n’expliquait pas tout. En tout cas, on le sait depuis la veille, le poussage en vaut la chandelle et on est heureux de faire monter le palpitant.

Las… il faut se faire une raison, de passage nous n’avons pas trouvé… sauf pour les VAE… peut-être. On se refait un plan anémones. On ne s’en lasse pas.

Après le picnic, Lolo, Marti et Alex nous dégottent un petit monotrace qui serait sans doute si bien pour « les petits bleus » (dixit Lolo). Faut aller voir. Faut aussi vous expliquer que Lolo reconnait les circuits bleus à l’envers. Donc on commence par monter ce qui va être une descente. Et puis ensuite on le redescend. En bleu, orange ou rouge, génial le monotrace. Faudra juste nettoyer les ronces, parce qu’en ce jour de Pâques, c’était la flagellation du Vendredi Saint pour les jambes.

De retour à Poët Laval où nous avions laissé les véhicules, Marti déniche un restau recommandé par Gault-Millau, Michelin et bizarrement pas par le Routard. Roxane nous y offre un pot. Top le pot.

Jour 3

Route
Lundi matin, les cloches de pâques nous réveillent, Sophie cherche sa trace.
"Dis Sophie, aujourd'hui, qu'est-ce que ce sera ?"
"Heu, attend mon ptit chat, je crois qu'on va partir par là"
Je ne parlerais pas de la trace officielle, on ne l'a pas respectée, mais dans ce qui n'était pas prévu, nous avons eu le très beau Pas de Lauzon, et de belles gorges (certes, peu profondes).
Je ne me souviens pas des paysages, mais je me souviens de Freddo et de ses bananes, qu'il laissait négligemment dépasser des poches de son maillot, flagrant appel aux mâles environnants et des petits chocolats réconfortants à l'arrivée.
7 routard.e.s, 60 km et 1000m D+

Je dois des excuses à Sophie pour tout ce que j'ai dit, c'est encore mieux quand on ne sait pas où on va. Et au reste du groupe pour le peu de précisions du récit (je ne sais plus quel jour était quoi).
Je dois aussi un énorme merci à Nico et Yves qui nous ont merveilleusement bien accueillis, aux petits soins avec tout le monde, dans les moindres détails alimentaires (et vous l'aurez compris, on ne se nourrit pas tou.s.tes avec les yeux !)

VTT
Et nous revînmes… sept. Sandrine qui avait préféré la compagnie de sa bien-aimée le dimanche, s’est jointe à Jérôme arrivé la veille. Jérôme était en service restreint, car encore un peu fatigué ; il se dit que lui aussi a du mal à digérer l’alphabet grec. Alors on a eu le plaisir de le voir qu’une seule journée.

Pour ce troisième jour, départ de la maison. Et chapeau bas à Lolo qui a trouvé un chemin à 200m du lieu où je traine depuis une dizaine d’années et que je ne connaissais pas. Ce chemin n’est sur aucune carte, mais il existe bel et bien.

Petit tour sur les hauteurs du camping du GéRéVé, Arrêt picninc à côté de la chapelle de Comps. Charming, so charming sweet heart. On vous y emmènera. Par la route où en VTT, vous irez.

Boucle sympa et tranquille pour ce dernier jour, où les courbatures commencent à se faire sentir. On n’aura pas le temps d’aller explorer un secteur un peu plus au sud vers la montagne de Couspeau que nous ne connaissons pas encore. Mais il faut en laisser pour la semaine de reco à l’Ascension. Ne vous inquiétez pas, il y a de quoi faire.

Axelle pour la route et Nico pour le VTT.

Nb participants: 
15 participants
WE route + VTT à Bourdeaux avec Nico
×
un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo LGBT (lesbien, gay, bi, trans) et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Paris Ile de France, dans l'Ouest (Nantes, Paimpol, Bordeaux), à Toulouse, et en Rhône - Alpes(Lyon, Grenoble).