×
×
un club lgbt Bienvenue chez les Dérailleurs

 club vtt et vélo route gay, lesbien et friendly

nos prochaines sorties

nos dernières sorties

Il ne fais jamais moche à Soissons !!
  • by
  • 20 mai 2019

Ben voilà ! Une fois de plus, alors que les augures nous prévoyaient un temps fort capricieux et humide (averses orageuses avec précipitations importantes), il n'en fût rien !
Alors je vous le concède, #toujoursgrandsoleilasoissons n'était pas de mise cette fois-ci : on n'a pas vraiment bronzé... mais au moins on a roulé au sec, par une température clémente, et il n'y avait (presque) pas de boue !
Et bien sûr, un petit goûter à la maison en arrivant !!

Nb participants: 
5 participants
VTT 2,5 pignons à Soissons
×

La Seine plein les yeux
  • by
  • 16 mai 2019

Une belle balade et de beaux paysages plein les yeux, même s'il se méritent vu les dénivelés que nous avons franchis. Merci à tous. A refaire l'année prochaine

Nb participants: 
4 participants
De Mantes La Jolie à Vernon
×

3ème Edition du Perche
  • by
  • 14 mai 2019

Le format était de 3 jours, avec une météo un peu compliquée mais où finalement nous nous en sommes bien sortis ! Nous étions six participants pour explorer de nouvelles routes.

Vendredi, départ assez matinal, sans pique-nique, car pluie annoncée pour 15 h. Au programme 120 km sur une trace de Line ! Fin de la randonnée à 14 h 30 et début des précipitations 15 h !

Cette année, pas de longues soirées dans le jardin, mais des veillés devant la cheminée.

Samedi matin, au réveil, la pluie annoncée était bien présente. Nous avions planifié un départ vers 11 h car fin des précipitations prévue à ce moment-là... Nous avons fini secs la randonnée de 75 km malgré deux, trois ondées, entrecoupées de belles éclaircies. Une petite équipe repartira pour une petite boucle de 30 km à la fin de la sortie initiale afin de dépasser les 100 km.

Dimanche, par un grand soleil, deux boucles au départ de Mortagne-au-Perche pour explorer le nord et le sud. Nous y avions laissé la voiture, et nous y sommes repassés pour le déjeuner entre les deux boucles. Pour finir, une sortie de 100 km à plus de 1000 m de dénivelé avec un vent parfois de face soutenu.

Nous avons donc parcouru plus de 300 km pendant le week-end, sur un bon rythme : moyenne de 26 km/h.
Merci à notre hôte qui une nouvelle fois a mis sa maison à notre disposition.

Nb participants: 
6 participants
Retour dans le Perche
×

Gérévé, la reco émouvante
  • by
  • 17 mai 2019

Déjà deux recos l’an dernier à Cahors. Mais ça, c’était pour choisir le spot du Gérévé. Voir les possibilités vélo, l’hébergement, la fête, parler bizness. Là c’est la vraie reco. Celle des sentiers et des petites routes du Parc Naturel des causses du Quercy, des méandres du Lot, du vin du coin… 22 guides dont une majorité de filles, notamment de l’Ouest.

On en profite pour tester quatre mobile-home ou maisonnettes en dur que nous aurons lors du Gérévé. Top la classe ! Pierre-Jean et Jérôme cuisinent le patron du camping pour préparer le rooming pour le jour J. Le grand manitou avait décidé de serrer les coûts, donc Flo gère magistralement les menus, et tout un chacun cuisine à son tour repas du soir ou salade du pique-nique. 200€ la semaine, logement et PDC incluse : ouaou !

Hayet réveille tour à tour les petits dans leurs nids avec le pain chaud. Le « groupe » route part avant tout le monde, Sophie en étant souvent l’unique représentante. L’équipe VTT attend les parcours et les cartes stabilotées. C’est ça la reco : au réveil on ne sait pas encore où l’on va. Soleil ? Orage en prévision ? Grosse chaleur ? Ça roule. Le groupe « orange et rouge » déniche les pépites en monté comme en descente, tandis que le groupe « vert et bleu » modère en testant la roulabilité de celles-ci. Le problème en fait, c’est qu’il y a trop, trop, trop de beaux sentiers. Comment choisir ? Et les paysages à couper le souffle… au sens propre, parce qu’ils dominent le Lot au sommet des falaises.

Bière devant la terrasse, un plouf dans la piscine, des glou-glou dans le jacuzzi, papoti-pota. Il y a déjà un air de Gérévé qui s’immisce dans cette reco. Apéro pour le débriefing des trouvailles et ressenti de toutes et tous. Apéro pendant la préparation du repas. Cahors pendant celui-ci. Le bizarre en after. La musique des années 90 fait trembler la terrasse tandis que la chenille chante à tue-tête. Normal, le président est aux platines.

Hayet réveille tour à tour les petits dans leurs nids avec le pain chaud. On s’embrasse, on retient une larme parce que l’on reviendra en septembre. Mais pas facile de se séparer, de reprendre le train, ou la voiture vers les gilets jaunes. Et tous les spots touristiques que l’on a pas eu le temps de visiter ! Une semaine de jours off ne suffiront pas à en faire le tour.

Les inscriptions vont bon train : plus que 10 places. Maintenant les bénévoles du club s’activent à la préparation de tout ce qui fera l’ambiance du Gérévé, son accueil, sa fiesta, ses bons moments. Un retour de reco s’imposera pour finaliser les circuits, avant de faire les déclarations officielles à la préfecture, aux mairies, à l’ONF, aux chasseurs… 100 cyclistes, ça passera pas inaperçu.

Hâte d’y être, le 5 septembre…

Nb participants: 
22 participants
Reco GéRéVé à Cahors
×

1er mai
  • by
  • 06 mai 2019

En ce 1er mai, nous avons préféré fuir la capital promise à la destruction par les manifestants, pour une randonnée vélo dans l’Est.

La randonnée était annoncée en une cocotte, avec un départ à 11h.
Je ne sais pas si cela en était la raison mais j’ai eu beaucoup plus de participant(e)s en comparaison à mes autres sorties, avec notamment quelques nouvelles et nouveaux.

Nous avons pris les bords de Marne sur une vingtaine de kilomètres, afin de nous rendre à la base nautique de Torcy. Où nous avons pique-niqué au milieu de la verdure.
Nous avons ensuite repris notre chemin en direction de Bussy-Saint-Georges pour rejoindre la gare RER.
Ici deux possibilités un retour en RER ou en vélo. Finalement la majorité des participant(e)s choisira l’option en vélo.
Une sortie de 50 km pour certain(e)s en une cocotte ou 95 pour les autr(e)s en deux cocottes,
bravo à tous les participants qui se sont brillamment acquittés de leur objectif !

Nb participants: 
10 participants
Un peu de douceur dans ce monde de brutes
×

J’ai pris mes quartiers des lunes, à Paladru
  • by
  • 05 mai 2019

Voici le compte-rendu, fidèle, forcément, de Sylvie, la secrétaire du club qui nous apportait un petit rayon de solein parisien ce dimanche.

Sur une invitation express de Madame Bonnefon, c’est-à-dire via un joli WhatsApp j’ai pris un ticket tout aussi express sur OUI SNCF pour aller passer un WE de réconfort à Grenoble et lui rendre visite à plus d’un titre : sa nouvelle installation comme cheffe mécano vélo dans un atelier de réinsertion, son invitation à une rando VTT organisée par l’Antenne RA avec Jean-Marc et son Quadrix, son package mobilité urbaine pour visiter la ville de Grenoble portée au firmament en 1968... tout un programme et sur le coup, la reprise du VTT n’était pas ma priorité N°1 mais bien inscrite en filigrane comme imprimée sur du papier sécurisé *. D’ailleurs j’étais quasi venue les mains dans les poches comme une parfaite touriste pour arpenter un peu la Grenette et le quartier italien mais j’avais tout de même pensé à prendre ma veste visibilité urbaine (mais très imperméable), deux paires de gants et mon casque au cas où ça se fasse (la rando). Et elle s’est bien faite tout en douceur autour du lac de Paladru suivant un bel itinéraire bien balisé de 6 et de coquilles, un dénivelé abordable même pour les mythiques SUNN invités à la party de nos belles retrouvailles: Marti, Roxane, Carole, Line, Jeannie, Bernie, Didier, Audrey et Sophie la Grande (non pas la chanteuse) tout cela chapeauté par Nicolas, le nouveau maître de cérémonie. Pourtant au départ, cela semblait bien mal emmanché avec une météo pluvieuse qui aurait laissé plus d’un.e parisien.ne sous la couette. Il faut bien avouer que je n’avais pas la berlue, des flocons semblaient même s’écraser sur le pare-brise juste avant notre arrivée sur le parking de Charavines. Déjà je commençais à déclarer forfait mentalement mais lorsque je vis toutes ces têtes connues sortir des berlines, je me suis bien dis que j’étais foutue et qu’il allait bien falloir aller affronter les éléments car de fait les dur.e.s à cuire de la région étaient bien tous au RV. Enfin ils savent aussi composer avec sagesse puisque nous nous sommes d’abord rendus au bistrot du coin « le Gardian » pour compter les coeurs vaillants autour d’un expresso. Tout juste 11 comme une belle équipe de foot qui se donne de l’élan avec un ange gardien de choix qui a su motiver ses troupes à la première éclaircie enfin venue. Tous en joie nous sommes donc finalement bien parti.e.s à l’assaut d’un chemin menant sûrement à Compostelle composé de charmants sentiers forestiers assez pentus et bien fournis en galets humides et glissants à souhait, parfaits pour le décrochage et la mise à pied (me concernant). Peu importe le résultat, ici ce qui compte c’est d’arriver à temps pour la photo de famille et cette fois-ci ce fut à l’ombre forgée d’un baobab improbable sur cette berge du Paladru, qui l’eut cru ?
Les 2 SUNN allongés étaient enfin ressuscités alors que celui d’en haut commençait enfin à nous faire de l’œil. Mais ce fut de courte durée préférant certainement nous laisser aux mains de la jeune et experte serveuse de cette brasserie que nous aurions pu nommer « L’abri du Dérailleur» tant sa tonnelle tombait à brûle-pourpoint pour nous protéger et nous permettre de finir nos victuailles bien au sec. Au bout d’une bonne heure de palabres autour de nos boissons chaudes et des spécialités made at home -ici des pâtes de coings (merci maman Roxane), là des financiers aux poires (merci Didi) ou encore de la friture du lac (oui merci ici ça grésille encore) -, Marti, l’ange-gardien, finit par nous convaincre d’abandonner définitivement le bitume pour se laisser encore enrubanner par le tracé de la N°6. Il nous annonça un reste à parcourir d’une dizaine de bornes pour un 300 de D+ et un roulage de 2H max...tout fut exact. Pour une fois que nous avions affaire à un guide qui ne ment pas ! Et donc nous repartîmes tous en cœur remettre nos corps dans un état de chauffe dit « de confort » et nous rendre sans encombre jusqu’au bourg du PIN qui, avec sa belle fontaine publique, parfaite pour décrotter nos montures, eut la fâcheuse tendance de se faire prendre pour un CHARAVIN mais non, nous n’avions pas bouclé le circuit d’autant qu’une nouvelle averse s’était invitée à la danse de Charavines ! Cette fois-ci nous reçûmes le salut sous la toiture avancée et typique d’une grange de fortune nous permettant de ressortir nos applis du jour « Rain Today » et estimer l’avancée des tâches bleues et la durée de notre « Stop and Ride ». Au final, le timing de Marti fût parfaitement respecté avec un retour au parking à 16H pétante nous laissant le bon temps pour jouer avec la station de lavage à disposition de ce site VTT FFVélo labellisé ....pour la prochaine fois, on s’est mis à rêver d’une Douche Hommes-Machine histoire d’économiser l’eau, ça serait le concept DHM...et ça changerait de l’IHM !
En conclusion, ce fut un super moment sans chute et sans casse si bien maîtrisé car voyez-vous mon seigneur, vous aviez affaire ce jour-là à la fine fleur des Senior de l’antenne RA !
Et voilà comment j’ai pu reprendre tranquillou mon TGV de retour pour la Capitale et remettre en boucle mon Eddy préféré, bien à l’aise dans mon cuissard !
« La cité des mâles veille sur le quartier des lunes
Elles veulent y faire leurs places et doivent y bouffer du bitume
-Bis ou y laisser quelques plumes-
De peine, de veine, tenaces
Elles brillent d’audace
S’enflamment, un flegme qui brûle, si belles
Bien plus qu’au soleil »

Nb participants: 
11 participants
Rando VTT avril
×
un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo lesbien, gay, bi, trans et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Paris Ile de France, dans l'Ouest (Nantes, Paimpol, Bordeaux...), à Toulouse, et à Lyon (Rhône - Alpes).