×
×
un club lgbt Bienvenue chez les Dérailleurs

 club vtt et vélo route gay, lesbien et friendly

nos prochaines sorties

nos dernières sorties

Ricou perdu dans les fougères

Double naissance à Fontainebleau !
  • by
  • 19 juin 2018

Il ne manquait que le champagne ce samedi 16 juin pour fêter dignement l’officialisation du nouveau circuit VTT à Fontainebleau et par la même occasion, la naissance de l’antenne de Fontainebleau de la MBF, dont les Dérailleurs sont adhérents. Retour sur une belle journée. 

 

Samedi matin, 10h, Forêt de Fontainebleau. C’est dans une ambiance fébrile que se prépare l’inauguration officielle du circuit VTT de Fontainebleau. La météo sera-elle de la partie ? Y aura-t-il du monde malgré la bande à Grizou qui affronte à la TV les Australiens ? 
Pendant qu’une petite dizaine de Dérailleurs repasse au peigne fin le circuit (les fougères poussent vite en cette saison et les sangliers apprécient les belles portions sableuses), on s’affaire en contre bas de la tour Denecourt. Mise en place du stand Mountain Bikers Fondation antenne de Fontainebleau, arrivée des agents de l’ONF, à pied, à cheval et en voiture pour monter leur tente. 

Bonne odeur de crêpes
De leur côté, Yannick et Marc installent leurs vélos de prêts pour que chacun puisse faire le circuit ou encore tester des machines moins habituelles : vélo elliptique, tandem, VTT électrique, etc. Un grand beau soleil inonde l’esplanade en bas de la tour, le circuit de maniabilité est en place, les dernières rubalises sont fixées le long de la montée challenge sur la tour : il faudra grimper sur 500 m sur un beau monotrace bordé de rochers et agrémenté d'une belle épingle. La bonne odeur des crêpes du food-truck commence à se répandre parmi les stands, il fait faim ! 

Vététistes en herbe 
14h, les premiers vététistes arrivent. On croise toutes les tribus du monde vététiste. La petite famille venue avec ses minots, le crosseur même pas peur en semi-rigide, l’adepte du all-mountain et les mordus d’enduro, avec leurs grosses machines. 
Pendant que les officiels arrivent, le parcours de maniabilité est accaparé par les vététistes en herbes. On apprend les rudiments du pédaler-freiner… et ça passe. Enfin, il faut s’y reprendre parfois plusieurs fois mais à 8 ou 10 ans, on a confiance ! 

Coup de hache 
15h, ça y est. Le directeur de l’ONF Fontainebleau est là, accompagné par Monsieur le sous-préfet, le maire de Fontainebleau, une représentante du Département, le président des AFF, l’équipe de l’ONF au grand complet notamment Gaétane et Victor et bien sûr le tout nouveau référent de MBF Fontainebleau, Manu - Dérailleurs également - entouré de Paulo et Yannick. Que du beau monde. Les beaux discours s’enchaînent : on s’aime tous, on se respecte, tout va pour le mieux dans la plus belle forêt du monde :-) Le sous-préfet joue son rôle de gardien du temple en rappelant que la loi c’est la loi. Mais ça n’entame pas la bonne humeur de tout le monde. Ne reste plus qu’à couper le ruban, ou plutôt la liane tressée de lierre (certifiée bio-équitable) à l’aide d’une hache sur un billot de bois. A la une, à la deux, à la trois - ils s’y mettent à six - paf, c’est coupé, personne n’est blessé, ouf ! Les vététistes qui piaffaient d’impatience se lancent dans l’ascension de la tour pour boucler les 8 km du circuit, avec en tête le club de Thomery, bien représenté. 

La banane sur les visages 
16h, les premiers arrivent, la banane sur leurs visages : « Du beau travail ! ». « On craignait un truc un peu fade… mais non, c’est du monotrace technique, bien tracé, varié… avec quelques parties plus roulantes pour souffler. C’est top, merci ». On ne va pas se le cacher : depuis 2 ans, les Dérailleurs ont été la cheville ouvrière de ce projet et ça fait plaisir à entendre. Preuve que le travail a été bien pensé et bien réalisé. Il y aura sûrement des petites portions à reprendre, avec les passages fréquents et les intempéries, mais on tient là un beau circuit. 

Futurs chantiers ? 
La fin de la journée approche. Entre 2 crêpes et quelques bières, gardes ONF et bénévoles discutent déjà de possibles nouveaux sentiers à travailler. Rien d’arrêté. Mais cette réussite à donné des idées et des envies. Promis, on se revoit en septembre pour en parler. L’idée cependant n’est pas de doubler tous les sentiers par des circuits VTT. D’abord, car le chantier serait énorme et pas franchement positif pour la biodiversité dans une forêt déjà très sollicitée, parcourue de chemins en tous sens, et lardées de nationales et d’autoroutes. Non, il s’agit plutôt de résoudre ponctuellement des problèmes d’érosion avérés, en offrant une alternative aux vététistes et plus généralement, d’apprendre à partager les sentiers existants entre les différents usagers. Ce circuit sera mis au programme de prochaines randos, même s’il a été déjà bien fréquenté par les Dérailleurs. Et pour les futurs chantiers, on compte sur vous ? :-)

Nb participants: 
10 participants
Champagne à Fontainebleau !
×

#toujoursgrandsoleilasoissons
  • by
  • 29 mai 2018

65km et 1000m D+ au programme de ce dimanche à Soissons, pour 7 Derailleurs bien motivés. Sachant que le samedi soir c'était barbecue au jardin et dodo tous ensemble.
#toujoursGrandSoleilASoissons, qu'on vous dit !!!

Nb participants: 
7 participants
Prépa Granit' à Soissons !
×

De grottes en eaux (sans oublier le vin)
  • by
  • 04 juin 2018

A peine atterris sur les terres Ardéchoise du sud creusées il y a 6 millions d’années, nous sommes partis crapahuter aux fins d’un premier baptême, plus ou moins nus, dans les eaux claires et douces de l’Ardèche, le tout orchestré par notre grand Maitre de cérémonie. Alain. Le ton était donné.
Grotte sauvage, grotte culturelle, grotte à bière, eaux de l’Archèche, de Labaume et de Libie. Sans oublier l’eau de pluie qui a raviné nos shorts toute une journée pour une marche dantesque dirigé par un local du cru, alerte et très accueillant (c’est sur que nous offrir le cubi le lendemain à 23h sans préavis ces’t de l’accueil !). Et bien sûr les gerbes d’eau profondes giclées par nos canoés et des pagaies joueuses. Désormais nous savons tout des calcites, stalagmites, stalagmites, draperie et perles des cavernes sans oublier les aventures érotiques de nos ancêtres suggérées parmi les hordes de lions, mammouth, auroch et chevaux sauvages…Qui saura retrouver les vulves cachées il y a 36000 ans. Qui vient de dire « c’est quoi ? » ?
Séjour mixte, bi - cycle et multisport, rien ne nous a été épargné, une clavicule par là, un appareil photo sauvé des eaux par ici permettant la découverte d’un miraculé Samsung, des lunettes arrachées aux mains indélicates et voleuse d’une blonde à Yorkshires, de nos amis allemands projetés, avec chien, hors de leur canoë, des tests de madeleines, des danses nocturnes, des cerises cueillies dans un arbre offert, des fraises et de petits fromages de chèvre si frais et si bons qu’ils ont faillit ne pas arriver jusqu’à tous et tant d’autres choses encore.
Grandiose Pont d’Arc, sentiers caillouteux, routes perchées, villages chargés d’histoire, plages secrètes, cascades puissantes et paysages de grand canyon pour nous élever loin, loin du reste de nos vies.
Le rosé d’Ardèche creuse les sillons de l’amitié comme la rivière a creusé cette pierre étalée en couches et recouverte d’arbustes ébouriffés mais surtout heureux(ses) d’être là.
Merci pour tout Alain.

Nb participants: 
10 participants
séjour en sud Ardèche. VTT et route
×

Week-end à La Clape, tout le monde était content,... mais les moustiques aussi !
  • by
  • 26 mai 2018

9, puis 10 puis 11 Dérailleurs-Dérailleuses ont parcouru dans tous les sens ce massif où les single zigzaguent entre les vignes.

Au début, il y a eu le traditionnel et plutôt sobre pique-nique "tortilla - salade - gâteau au chocolat".
Puis 20km autour du gite, avec une tramontane légère (pour la région), donc du soleil et une magnifique vue sur Gruissan, Narbonne et la grande-bleue. C'est cool...
On a quand même testé le largage en vol de plaquettes de frein, heureusement à 200m de la boite à outils.
Après une installation rapide dans nos appartements, le tenancier du gite Saint-Obre nous fait profiter de ses talents culinaires, et de sa cave...
Un premier vin blanc local pour délier les langues, un deuxième pour accompagner le beurre d'anchois (manger salé, c'est sûr, ça donne soif !)
S'en suit un premier vin rouge pour accompagner la magret de canard, et un deuxième pour le fromage.
Et puis viens l'heure du "Cartagène", plus ou moins accompagné d'un sorbet poire-abricot.
Le Cartagène, une boisson locale un peu particulière à léger goût de miel. Faut goûter, mais pas trop, c'est un truc qui rallonge le trajet jusqu'au lit...
Notre hôte nous avait prévenu, "les légumes c'est pas trop mon truc"...

Le lendemain, vendredi matin, quelques-uns se massent les tempes...
Le "Grand Tour de la Clape Nord" nous attend: 45km sous un grand ciel bleu, pas de vent et le champ des cigales.
Au passage, visite du Gouffre de l'Oeil Doux, écourtée car les moustiques nous y attendent déjà (y z'attaquent en plein jour maintenant !)
Mais nous apprécions leur miraculeuse absence lors du pique-nique.
Le soir une excellente paella pour 20 nous attend (nous ne sommes toujours que 10 !), la salade de fruits permet de ne pas aggraver notre cas.
La vie est plutôt belle.

Samedi, 35km au programme, le "Grand Tour de l'ile Saint-Martin", sous une météo plus fraiche, vent marin et l'annonce de la pluie à 17h00...
Passage dans la brume au milieu des salines au sud de Gruissan, là où les nuages se vautrent sur la plage, et le ciel et la mer ont la même couleur... brumeuse.
Joli, mais humide. On évite de trop respirer pour ne pas se noyer. Même les moustiques n'arrivent plus à voler !
Retour au gite à 16h59 en suivant des singles plutôt ludiques.
Pluie fine à 17h01, grosse averse à partir de 18h00 sur la route de l'apéro, puis tempête toute la nuit : on n'a pas vraiment eu besoin de nettoyer les vélos...
S'en suit une énorme mouclade au chorizo pour se donner chaud (ça fonctionne) et un succulent semifreddo-citron vert pour faire passer.
Vous avez noté l'absence de légumes ?

Dimanche matin, après le constat que tous les chemins sont détrempés, c'est rapidement l'heure des "bisous-à-bientôt-quand-est-ce-qu'on-se-revoit" qui mettent un terme à cet excellent week-end organisé par l'antenne Toulousaine, et en particulier par son leader-maximo, Daniel C., que nous remercions encore une fois.

Bref on en a bien profité, on a bien mangé, et les moustiques aussi !!!!

Nb participants: 
10 participants
Séjour Toulousain dans le massif de la clape
×
recharge batterie

Philippe WARRIOR
  • by
  • 06 mai 2018

Bonjours tous et toute
A lala que j aime les Dimanche ou tout roule
Tout le monde était la à l heure prêt pour rouler avec FIFI lol

le soleil était de la partie top
12 membres présent
et c est partis
Seul HIC de taille on a du abandonner Laurent J au 10è KM après avoir été sournoisement attaqué par un morceau de bois ayant arrache son dérailleur

Par la suite comme prévu dejeuner sur les berges de l Oise
Puis pause gouter a L Ile Adam
Ensuite reprise des VTT pour renter
CHAUD l Apres Midi ne fut pas moins tranquille que le matin les cuisse mollets surchauffe ca monte ca vire ca tourne ca descend Oups c est Fini ?????

Mais non on a fait que cela sans sans rendre compte
Faut dire que j avais une fine équipe qui sans broncher vraiment me suivait me collais la roue a croire qu ils en voulaient plus ......
Pour finir une chaine cassé réparé
on a fini par une boisson Fraiche sur Andilly et Clap de fin

Par contre un point que je m explique pas c est les 55 KM et 970 de D Plus
Y a du avoir des perturbation cosmique ...........
A très vite
Bises
Philippe G

Nb participants: 
12 participants
La 2 pignons selon Fifi
×

308 km de Cherbourg au Mont St Michel
  • by
  • 18 mai 2018

Participants: Béné, Benoit C., Claire L., Flo O., Joëlle G., Sophie dite Fififou, Stéphanie F.,
Sylvie R (Miss compte rendu!)
Sur une idée originale de Joëlle G. (la chasseuse d'essaims) en 6 jours/5 nuits camping :

• Etape du samedi 5 mai: Cherbourg - Omonville la Rogue 28 km
• Etape du dimanche 6 mai: Omonville la Rogue - Le Rozel 55 km
• Etape du lundi 7 mai: Le Rozel - Pirou Plage 69 km
• Etape du mardi 8 mai : Pirou plage - Donville/Mer 73 km
• Etape du mercredi 9 mai : Donville /Mer- Le Mont St Michel 69 km
• Etape du jeudi 10 mai: Le Mont St Michel - Pontorson 14 km

Au départ, il faut toujours une idée pour partir...celle-ci ne semblait pas très originale: aller voir le Mont St-Michel, cette abbaye plantée depuis des millénaires au milieu d'une baie qui attire un flot perpétuel de touristes. Qu'allions-nous faire dans cette galère? Et bien c'est bien simple nous allions le faire en petit comité avec nos "tentoon", nos "popotoon" et surtout nos "bicloon" depuis Cherboon, euh, Cherbourg (RG à la fin). Toute l'originalité est donc dans la fin du parcours (oui nous y reviendrons photo à l'appui!). Tout le monde était donc fin prêt en gare St Lazare ou Caen pour l'organisatrice et rallier le port des paquebots transatlantiques en cette belle journée du samedi 5 mai prémonitoire à une semaine de rêve pour tout vélo-randonneur.se: peu de vent, pas de pluie, un soleil colorant et une température clémente voire surprenante (Max 27°C). Nous étions donc déjà béni.e.s oui certainement puisque nous n'avons eu à déplorer aucune crevaison ou casse-moteur si ce n'est un écrou de freins V.Brake bizarrement dévissé après la première nuit...sûrement un truc pour faire sortir la clé à pipe de sa housse mais elle resta planquée au fond des sacoches poussant le vice à forcer le contact de proximité . Ben ouais quoi je vais quand même pas me geler la douille pour un petit écrou drôlement dévissé, j'ai passé l'âge des tentations hasardeuses, il me faut du sérieux désormais un truc qui fait masse sinon je reste au fond du sac, na! On n'est pas dans la merdoon si les outils font la grève. Enfin en haut de la belle 12% au dessus de la plus petite digue au monde, le port Racine, chacun refait ses comptes en vue du nez de Jobourg et se dit : c'est pas si mal, 8 à table, un cabillaud et une mayo made by Denise servis à demeure, on a bien fait de lâcher prise avec les moules-frites du port du Hâble même si la vue était ce premier soir juste divine.

Et pourtant au deuxième soir, l'experte du coin pour des raisons strictement professionnelles décide de lâcher l'affaire, semble-t-il pour être présente à une conf call fixée une veille de jour férié à 17h...c'est clair c'est pas le sujet et on se retrouve donc à 7 au départ du 3ème jour avec le même nombre de tentes ...le rythme est bien acquis sans concertation particulière : à 22h "on va aux Pieux et on prend son pied", à 5H30 on se réveille aux sons des rouleaux ou des oiseaux, à 8h00 on petit-déj’ en communauté, à 9H30 on plie le matos et à 10h30 on roule jusqu'à l'appel de l'apéro vers 19h au prochain campement.

De toute façon c'est sûr avec du recul, la seconde journée fut la plus sérieuse pour les mollets et même nos débutantes avaient failli nous effrayer les voyant marcher à côté de leurs montures quand elles ne faisaient pas de la "couture" pour réparer les branches de leurs autres montures ...nous avions certainement recruté des Mac-Givette en puissance qui rivaliseront d'ingéniosité avec l'archi Ben pour tamiser l'éclairage Décath et laisser nous apprécier le paysage de nos visages. Et puis surtout de mielles en mielles (non pas celui des abeilles) elles surent aussi nous faire découvrir l'improbable Jambon Cru de Lessay, car qui l'eu cru qu'ici aussi ce n'était pas que le domaine du Réo et des autres réjouissances de Créances (la boulangerie, la boulangère) il fallait bien s'arrêter aux épiceries fines de Genêts et Barneville Carteret pour trouver les victuailles adéquates et faire des piques niques de rêve sur des plages baignées de soleil nous faisant miroiter une eau à 18°C... renseignements pris auprès des autochtones la température de la Manche devait avoisiner les 13°C max ce qui vous laisse imaginer le pouvoir d'attractivité d'une baigneuse rompue à l'exercice dès le plus âge et qui réussit à nous faire prendre un bain de mer pour les plus téméraires et addictive au sourire à décroisser la lune ou à croquer le fortune. Cette baignade eut le mérite de rafermir les chairs et nous pousser au-delà de Portbail pour atteindre sans encombre et parfois au travers des Dunes et des terriers de lapins…. Pirou-Plage et son camping municipal, çà changeait tellement du Ranch précédent que le GPS de Flo se volatilisa en pleine charge, laissant seul Benoit comme Assistant-Guide de Joe... heureusement le coucher de soleil stylé "le Rayon vert" de Rohmer -qui d'ailleurs tourna à deux roues Pauline à la plage- nous fîmes oublier nos tracas d'ordre matérialiste. (ici ça sera un point vert)

Au terme de la quatrième journée, nous arrivons à Donville/mer, une banlieue de Granville si on peut dire qui nous permet de commencer notre cinquième journée par la visite des jardins de Christian Dior où nous pouvons initier nos tarins aux fragrances crées et mises en valeur par des échos de peinture impressionnistes...des élégantes de la Villa des Rhumbs aux roseraies qu'on imagine juste magnifiques, nous comprenons l'inspiration du jeune Christian qui n'a pas l'âme, au désespoir de sa mère, d'un corsaire.

Tiens parlons donc un peu de celui-ci, né à Granville -puisque ils ne viennent pas tous de St Malo- Georges René Le Pelley-Pléville le corsaire à la jambe de bois, c'est pas un gars du bitume vu l'époque, mais on a bien croisé sa statue en montant en haut de la pointe du Roc car ses multiples exploits maritimes et commerciaux ont fait reculer plus d'un boulet qu'il soit d'origine aristocrate, ouvrier ou révolté. Le genre d'officier maritime et révolutionnaire qui aurait pu avoir comme devise "Servir Sans Se Servir=4S" et qui finit par se faire flouer par le Pouvoir en place...il mérite bien une statue celui-ci après avoir navigué sans faire fortune sur Le Brillant, Le Colibri, L'Hirondelle et le Sagittaire, un drôle de corsaire en somme qui offrit même sa fille en mariage en contre-partie de son départ en retraite! C'est vrai qu'avec Barbey d'Aurevilly les Normands ont enfanté de puissants illuminés nous menant tout droit jusqu'au Mont St Michel en changeant régulièrement de point de vue.

De notre côté, il nous fallut bien parcourir près de 70 bornes par les polders en traversant la Sée puis la Sélune pour être à son pied et presque à sa Merci vu cette troupe de St Cyrien magistralement costumée ce jour de l'Ascension mais nous garderons plutôt en mémoire cette visite nocturne nous laissant apprécier la beauté du Lieu et la sérénité du Silence propices à la contemplation.

Que dire de plus si ce n'est un verbatim à la Dietrich: "no Night, no Dyke"

Merci à Joëlle et Benoit pour ce beau et bon trajet,
Merci au groupe pour votre bonne humeur et les moments partagés entre popotes;-)

Nb participants: 
8 participants
Véloscénie Queer : du Cotentin à Paris avec Joëlle et Benoit
×
un club lgbt

Les Dérailleurs sont un club de vélo lesbien, gay, bi, trans et friendly.
Présents dans plusieurs régions de France, notre club est ouvert à toutes et tous, débutants ou confirmés. Nous organisons toute l'année des randos, week-ends & séjours vtt (mountainbike) et vélo de route.
Antennes des Dérailleurs à Paris Ile de France, dans l'Ouest (Nantes, Paimpol, Bordeaux...), à Toulouse, et à Lyon (Rhône - Alpes).