Val d’Aoste - Itinérance en haute montagne

Compte rendu

C'est à sept que nous partîmes du Mazet en direction de l'enfer de Malatra, ce col escarpé perdu dans la neige, les glaces, la pluie, le froid, le vent (attendez le plot twist).
Au refuge du Ruitor (Savoie), nous sommes rejoint par Yann, parti s'acclimater un peu en avance, et François qui a monté les 300m de D+ du parking au refuge sous la pluie.

ÉTAPE 1 : Lundi 2 août : Refuge du Ruitor (à 2038 m) > Hôtel Paramont à Planaval
= 34km 1500m D+ (dont 600m portage) 1900m D-

Après un portage sympathique, nous arrivons au col du Mont, dit "Le venteux", sur la frontière franco-Italienne. Un muret et ses bancs nous tentent les bras. La redescente vers le Valgrisenche commence par le franchissement d'un névé classé piste bleu, de quoi s'amuser. Pas de tentatives sur le vélo, c'est dommage. Nous sommes frileux au début du séjour. La suite se fait par de superbes singles et sentiers qui nous réchauffent.
Après une dernière montée, nous trouvons un hôtel à la déco montagnarde chargée et au personnel maniéré. (non, Lolo ne pourra pas se servir lui-même du vin. Ni du petit-déjeuner d'ailleurs).

ÉTAPE 2 : Mardi 3 août : Planaval > Refuge Mont Fallère (à 2385m)
= 33km 1900m D+ 1100m D-

Nous finissons la descente du Valgrisenche, avec un bref aperçu de la vallée d’Aoste (et du mont Blanc Italien), avant de remonter au refuge du Mont Fallère : 1600m de D+ d'une traite.
Une piste sans fin nous emmène au refuge à 2385m d’altitude. A l'approche, de drôles de sculptures nous entourent (<a href="http://www.rifugiomontfallere.it/fr/museo-a-cielo-aperto/">http://www.rifugiomontfallere.it/fr/museo-a-cielo-aperto/</a>).
Nous arrivons à 16 heures, l'heure du goûter. Nous mourrons de faim car le plat principal du pique-nique était composé d'une salade (comprendre quelques feuilles de salades et quelques tomates cerises. Les végétariens sont vernis). Heureusement, il reste quelques parts de tartes et de gâteaux, et le chocolat chaud est bien dense et nourrissant.

ÉTAPE 3 : Mercredi 4 août : Refuge Mont Fallere > Refuge Frassati
= prévu : 27km 1650m D+ (650m portage) 1350m D-
Réalisé : Refuge Mont Fallère > Entrèves = 40 km 850m D+ 1850m D-

La montée au Vertosan est annulée pour cause de météo dégradée. Tant pis pour les 400m de portage (joie dans l'assistance). Tant pis pour le col de Malatra (dommage / ouf : au choix). À la place, un retour express droit dans la pente vers la vallée d'Aoste. Yann a la roue arrière défaillante, Benoît les freins mollassons, une visite chez un vélociste s'impose.
Après avoir trouvé avec difficulté un hôtel de substitution, une très routière étape nous emmène à Courmayeur. Le luxe des vitrines ne nous attire pas, nous continuons de monter jusqu'à Entrèves. Yann "à la roue bancale" nous quitte provisoirement, direction la France et le refuge du Ruitor, via plusieurs cols, des kilomètres à rallonge et une nuit dans une étable. Mais comment fait-il ?!

ÉTAPE 4 : Jeudi 5 août : Entrèves > refuge Maison Vieille (à 1956 m)
= 34km 1400m D+ (700m poussage roulage portage) 800m D+ Téléphérique 1600m D-

Grandes Jorasses promises, Grandes Jorasses dues. Nous remontons le fond de la vallée qui était prévue au programme, afin de parcourir un sentier en balcon, avec vue sur les glaciers. Les crêtes sur le tracé du tour du mont Blanc sont interdites aux VTT (arrêté pris le 14 juillet, découvert par Guillaume), donc la fin du tracé est perturbée, mais les alternatives sont très joueuses.
Pour la remontée au refuge Maison Vieille, le téléphérique fait l'unanimité. Il nous épargne 8km, 800m D+. C'est beau la technologie parfois. Les marmottes nous font coucou en dessous du télésiège qui termine l’ascension.

ÉTAPE 5 : Vendredi 6 août : refuge Maison Vieille > Refuge Ruitor
= 44km 2200m D+ (800m poussage portage) 1600m D-

Pour finir ce magnifique séjour, une grosse étape. Après une descente vivifiante sur single forestier, nous prenons la direction de la France sur de la piste roulante, avec parfois de magnifiques pavages militaires italiens (sobres, droits, solides. Visibles depuis la lune il parait). Le portage vers le col de Chavannes nous amène péniblement vers un joli point de vue sur le Mont Blanc. Le temps est clair, on en profite.
Nous descendons ensuite vers la route du petit Saint-Bernard pour repasser la frontière vers la France et doublement monter au col de la Traversette (ouille les jambes), puis le passage de la Louïe Blanche (ouille les jambes, le dos, les pieds, les bras). Un dernier ravito et c'est parti pour la descente vers le refuge du Ruitor. Heureux les ignorants. La descente s'annonce technique, mais le dîner est déjà en vue.
Malheureusement, le sentier est plutôt du genre non roulant, et la progression est plus difficile que prévue. La pluie a fait gonfler les torrents, et une chaîne humaine est parfois nécessaire pour faire passer le matériel roulant au-dessus des flots. Le fond de vallée est en vue quand Grand Laurent glisse sur le sentier humide et se blesse à la cheville. On est entraîné au vtt, mais pas assez au trail. Nous finissons par arriver au refuge, avec le concours du 4x4 des gardiens pour remonter le blessé.

C'est à neuf que nous redescendîmes de ces montagnes. Encore un beau séjour malgré la pluie et une blessure.
Le mont Blanc est beau, la vallée d'Aoste est belle. Les pâtes et les glaces sont bonnes. Du beau VTT.

---------------------------------------

Infos pratiques

Nombre de participants :
9 personne(s)
Distance parcourue :
185 Km
Dénivelé positif :
8 000 m

Pas de résultat...

Modifiez vos filtres pour trouver des activités